Articles Connaissance des migrateurs

Bilan des migrations en Seine - au 04 mai 2022

Le bilan des migrations sur la station de contrôle des migrations d'Amfreville-sous-les-Monts en sortie d'estuaire de Seine arrêté au 04 mai 2022 est disponible en téléchargement.   

 

Suivi de la reproduction des truites de mer sur la Saâne (dpt.76)

Pour la deuxième année consécutive, l'équipe de SEINORMIGR a procédé à des relevés de frayères de truites de mer sur la Saâne (dpt.76). À ce jour, le fleuve pâtit d'une connexion à la mer défaillante avec la présence d'une buse estuarienne non adaptée à la remontée des migrateurs amphihalins.

Un projet d'ampleur vise à réestuariser le fleuve Saâne à l'horizon 2023-2025, ce qui devrait fortement améliorer la continuité écologique et par conséquent le nombre de migrateurs parvenant à s'engager sur le fleuve. Dans ce contexte, SEINORMIGR réalise un état initial sur plusieurs années afin d'avoir un regard précis sur l'état de la population de truites de mer sur le fleuve avant travaux afin de pouvoir par la suite juger précisemment des effets de la reconnexion à la mer. 

En 2021, 41 nids ont été dénombrés sur le linéaire prospecté (soit 2,5 nids/km et 72 géniteurs estimés). 

En 2022, ce sont 83 nids qui ont été dénombrés au total (soit 4,7 nids/km et 145 géniteurs estimés). 

Bilan des migrations en Seine en 2021

Le bilan complet des migrations sur la station de contrôle des migrations d'Amfreville-sous-les-Monts en sortie d'estuaire de Seine arrêté au 31 décembre 2021 est disponible en téléchargement. Il intègre aussi les données anguilles acquises sur la rive droite (Commune de Poses). 

L'année est relativement mauvaise pour l'Alose (seulement 896 individus dénombrés en 2021 contre 2308 en moyenne sur les trois années précédentes) et pour l'Anguille (74 000 en 2021, contre 330 000 en moyenne sur les trois années précédentes).

Les effectifs de saumon atlantique, truite de mer, et lamproie fluviatile restent dans la moyenne des années précédentes.

Les effectifs de lamproie marine sont quant-à-eux plutôt bons (947 en 2021 contre 125 en moyenne les trois années précédentes). 

 

De nombreux autres rapports relatifs aux suivis de l'association sont disponibles en téléchargement sur cette page. 

Suivi de la reproduction des truites de mer sur la Valmont (dpt.76)

Truite de mer sur sa frayère.

Suite aux travaux de réhabilitation ayant été réalisés au niveau de la buse Gayant (à Fécamp) à l'embouchure de la Valmont en 2021, la continuité écologique de la rivière en ce point stratégique a été améliorée et la réponse biologique est positive.

Les relevés de frayères de truites de mer menés par SEINORMIGR en janvier 2021 (avant travaux) et janvier 2022 (après travaux), permettent de  mettre en avant cette amélioration avec une fréquentation de la rivière en forte hausse en 2022 (2,25 fois plus de géniteurs et de nids, 3 fois plus de surfaces de frayères utilisées).

Cet exemple de travaux de reconnexion à la mer et de rétablissement de la fonctionnalité des zones de transition, révèle par le recrutement de truites de mer enregistré, l’importance capitale de la priorisation de la mise en conformité de ces ouvrages en front de mer et l’enjeu qu’il représente sur les populations de poissons migrateurs. En Seine-Maritime, des ouvrages de ce type bloquent encore aujourd’hui la plupart des migrateurs sur plusieurs fleuves côtiers ; le Dun, la Saâne, la Scie, l’Yères mais aussi l’Arques aux capacités d’accueil bien plus importantes...

>> Plus de détails sur la lettre thématique dédiée au sujet <<

Mise en place d'un réseau de suivi de la thermie des cours d'eau normands

Courant novembre, l'équipe de SEINORMIGR a déployé son réseau de sondes thermiques en Normandie. Au total, ce sont 28 points d'acquisition de données qui vont acquérir toutes les heures les données de températures des cours d'eau. Paramètre particulièrement important dans l'étude des populations de poissons, jouant un rôle prépondérant dans les répartitions des espèces et dans leur développement. Les cours d'eau concernés sont la Béthune, l'Eaulne, la Varenne ainsi que l'Orne et ses affluents (Noireau, Vère, Odon, Laize, Baize, Druance et Rouvre). 

Campagne de terrain : Indices d'abondance Saumon et Anguille

Comme tous les ans, une campagne d'indices d'abondance saumon et anguille a été menée sur le territoire de l'association. Ces pêches scientifiques sont réalisées avec le soutien des FDAAPPMA 27, 14 et 50, elles ont lieu généralement de mai à octobre. 

Pour le réseau Anguille : 145 stations en 2021 réparties sur les 25 bassins versants suivants :  Bresle, Yères, Scie, Sâane, Durdent, Valmont, Andelle, Austreberthe, Rançon, Sainte-Gertrude, Eure et Iton, Risle, Vilaine, Morelle, Touques, Dives, Orne, Seulles, Vire, Douves, Sinope, Divette, Ay, Sienne et Sée.

Saumon atlantique : 151 stations en 2021 réparties sur les 17 bassins versants suivants : Bresle, Arques (Eaulne, Béthune Varenne), Sâane, Valmont, Austreberthe, Andelle, Airou, Divette, Douve, Saire, Sinope, Sée, Sienne, Soulle, Taute et Lozon, Orne.

Le recrutement en Anguilles sur la Seine

Effectifs cumulés croissants d'Anguilles en rive droite

Depuis 2014, SEINORMIGR a en charge le dénombrement des jeunes anguilles qui cherchent à remonter la Seine au niveau du barrage de Poses-Amfreville à travers les deux dispositifs existants (rampes à anguilles sur chacune des deux rives - mise en fonctionnement en 2014 en rive gauche et 2018 en rive droite). 

Le recrutement 2021 en Seine est considéré comme mauvais avec 74 000 individus dénombrés au total.

Les chiffres en rive gauche sont globalement plus faibles qu'en rive droite, à mettre en relation avec un dispositif plus ancien et moins adapté à l'espèce suivie. En 2021, ce sont seulement 3 800 individus qui ont été dénombrés sur cette rive gauche (pour 70 200 sur la rive opposée) - soit la deuxième année la moins bonne depuis le début du suivi en 2014 (avec en moyenne interannuelle 10 000 individus capturés) - avec néanmoins un problème technique ayant empêché le dénombrement durant juillet et aout. 

Sur la rive droite, la courte chronique de données montre une importante diminution du recrutement avec des effectifs qui s'effondrent : 476.000, puis 380.000, puis 135.000, puis 70.000 respectivement de 2018 à 2021. L'observation des classes de taille montre une très faible proportion d'individus de l'année en 2021 (seulement 26% du total) - laissant supposer une arrivée très faible de ces jeunes individus cette année dans l'estuaire. 

Calibration des inventaires en rivière calcaire

Depuis 2016, SEINORMIGR participe annuellement à une semaine d'expérimentation sur la rivière Bresle dans le but de mesurer l'efficacité et de calibrer les indices d'abondance anguille, saumon et truite sur les rivières calcaires.

Ces expérimentations sont réalisés chaque année en collaboration avec l'Office Français pour la Biodiversité et l'INRAE. Chaque indice d'abondance est suivi d'une pêche complète exhaustive dans le but de comparer l'efficacité de l'indice avec le peuplement piscicole réelement en place. 

La semaine d'inventaire ayant eu lieu en septembre 2021 vient clore cinq années d'expérimentations. Les conclusions de cette étude devraient être disponibles sous peu et permettront d'affiner les résultats obtenus via les indices d'abondance : protocoles utilisés en routine sur nos cours d'eau. 

À la recherche des frayères de lamproie marine...

Tous les ans, des relevés de frayères de lamproies marines sont réalisés l'été par l'association SEINORMIGR en partenariat avec ses FDAAPPMA adhérentes sur différents fleuves côtiers normands abritant l'espèce : Sienne, Soulles, Orne, Eure, Iton, Andelle, Varenne notamment.

Ces suivis réguliers permettent de déterminer les fronts de colonisation de l'espèce, d'estimer un nombre de géniteurs grâce au nombre et à la taille des nids et de montrer l'évolution de ces paramètres au fil du temps. 

Participation étude CONSACRE

Dans le cadre de l'étude CONSACRE (CONtinuite écologique de la Seine et interêt des ACteurs pour sa REstauration) qui a l’ambition d’analyser d’un point de vue global et local, la continuité écologique piscicole de l’axe Seine, les équipes de l'INRAE et de SEINORMIGR collaborent, tout particulièrement, dans les phases de captures, indispensables pour procéder aux marquages accoustiques des poissons (migrateurs ou non) sur l'axe Seine. Ces captures se déroulent sur le site du barrage de Poses grâce à l'emploi de dispositifs adaptés (cage-piège notamment).

Après une campagne 2020 ayant permis la capture et le marquage d'anguilles, de mulets et de truites de mer entre autres, la campagne 2021 porte essentiellement sur le marquage d'aloses, de lamproies marines et de barbeaux. Ces poissons marqués peuvent ensuite être suivi en Seine grâce à un réseau d'hydrophones placés en des points stratégiques, permettant ainsi d'en apprendre plus sur les vitesses de déplacement, les points de blocage potentiel, les axes empruntés ou encore sur la fréquentation de différents types d'habitats. 

Etude participative : Aloses en Seine 2021

Actuellement, la répartition des aloses sur la bassin de la Seine est relativement mal documentée. Pour la deuxième année consécutive, une étude participative est donc lancée auprès des pêcheurs afin d’améliorer la connaissance sur la répartition de cette espèce. 

 

 

Toutes les informations nécessaires en suivant ce lien.

Migrations 2021, les premiers mouvements en Seine

Le premier saumon de l'année a été observé en montaison sur la Seine, le 20 avril. Il a franchi la passe à poissons située en sortie d'estuaire, à environ 160 km de la mer, en rive droite du barrage de Poses (dpt.27) ! Il mesure 87 cm.

Ce saumon de printemps revient d'un séjour en mer à la recherche d'une zone de reproduction, qu'il aura du mal à trouver en Seine car les sites les plus propices sont pour l'instant inaccessibles. Nous pourrons peut être le voir à nouveau au niveau de la station de comptage à Choisy-au-Bac, 230 km plus amont, si il fait le choix de s'engager sur l'Oise, puis sur l'Aisne.

Les premières aloses ont franchi le barrage le 01 avril.  Au 7 mai, environ 380 individus sont passés par cette voie. 

Les premières lamproies marines ont quant-à-elles franchi le barrage dès le 27 avril

Vous pouvez retrouver les chiffres des autres stations de contrôle des migrations fréquemment actualisé sur cette page dédiée. 

Etude cormoran sur l'Arques (76)

Dans le cadre du programme de recherche SAMARCH, une étude est lancée en 2021 sur les relations entre Salmonidés migrateurs et Grand Cormoran. Pour cela, nous recherchons toutes les informations/observations relatives au Grand Cormoran sur l’Arques (Eaulne, Varenne, Béthune).

Toutes les informations disponibles sur >> cette page dédiée <<

Montaison anguilles 2020 sur la Seine

Le nombre d'anguilles en montaison sur la Seine en sortie d'estuaire en 2020 a été relativement faible comparé aux deux années précédentes avec 135 714 individus comptabilisés (maximum connu : 510 000 passages en 2018), avec toujours un des difficultés de passages sur la rive gauche qui totalise moins de 2% des effectifs dénombrés passent par cette voie.

La nouvelle rampe à anguilles sur la rive droite du barrage de Poses, mise en fonctionnement courant 2017, a permis cette année le passage de 134 950 anguilles (476 570 individus en 2018 et 379 875 en 2019). L'année 2020 est donc pour le moment la plus mauvaise de cette courte chronique de données.

Les classes d'âges des anguilles observées restent identiques en proportions avec environ 85 % des anguilles issues du recrutement annuel (les plus petites), et 15 % arrivées a minima l’année précédente dans l’estuaire. Elles y ont séjourné durant l’hiver et reprennent leur migration durant le printemps quand les températures remontent. Ces dernières, représentent la majorité des individus capturés en mai et en juin. À partir de juillet, les individus de l’année arrivent au piège par  «vagues successives» de plusieurs dizaines de milliers d’individus par jour, ils proviennent de la mer et viennent de parcourir les 160 km d’estuaire. Ces arrivées massives sont régies par des facteurs environnementaux, notamment la température de l’eau. Plus celle-ci est élevée, plus l’activité de migration augmente, avec des pics pouvant atteindre 80 000 individus par jour au plus chaud de l’été. 

Plus d'informations sur cette page dédiée à la station de contrôle d'Amfreville-sous-les-Monts.

À la recherche des frayères de truite de mer...

En cet hiver 2020-2021, l'association étend ses prospections concernant la recherche des nids de salmonidés. Ce sont 5 cours d'eau qui viennent de faire l'objet de relevés de frayères de truite de mer : La Saâne, la Valmont (dpt.76), la Vilaine (dpt.27) la Morelle ainsi que la Calonne (dpt.14) sur lesquels plus de XX nids ont été observés. En complément de l'observation, des mesures des nids sont prises afin d'estimer le nombre de géniteurs engagés sur chaque axe. À noter que d'autres prospections similaires sont régulièrement effectuées par nos FDAAPPMA adhérentes sur le bassin (par exemple la Corbie ou la Dorette, respectivement prospectée par les FDAAPPMA 27 et 14). 

 

Bilan des migrations sur la Seine - Année 2020

Le bilan complet des migrations sur la station de contrôle des migrations d'Amfreville-sous-les-Monts en sortie d'estuaire de Seine est disponible en téléchargement. Il intègre les données anguilles acquises sur l'autre rive. 

De nombreux autres rapports relatifs aux suivis de l'association sont disponibles en téléchargement sur cette page. 

Les résultats 2020 des pêches électriques ciblant le saumon et l'anguille sont en ligne

Comme tous les ans, l'association réalise, en partenariat avec les fédérations départementales pour la pêche et la protection des milieux aquatiques adhérentes, une campagne d'échantillonnage d'envergure ciblant d'une part l'anguille et d'une autre le saumon sur une grande partie des fleuves côtiers normands et sur quelques affluents de Seine aval : 

L'ensemble des résultats acquis en 2020 viennent compléter ceux des années précédentes et sont désormais accessibles en ligne sur ces deux pages dédiées :

>> Résultats saumon 2020 <<

>> Résultats anguille 2020 <<

Offre de stage - Recrutement des anguilles sur la Seine - 2021

Comme tous les ans, l'association propose un stage pour un étudiant de niveau master II ou équivalent pour suivre le recrutement de la Seine en anguilles. Plus de détails sur l'offre de stage complète.

Migrations 2020 : Les lamproies marines arrivent aussi.

Comme les autres espèces migratrices, les lamproies marines remontent elles-aussi la Seine en ce moment à la recherche de zones de reproduction. Pour l'instant seuls quelques individus ont été observé évoluant au niveau de la passe à poissons en rive droite du barrage de Poses (dpt.27). Espérons que les effectifs soient plus importants que les années précédentes pour cette espèce qui décline sur l'ensemble des fleuves français...

Migrations 2020 : Arrivée du premier saumon en Seine.

Le premier saumon de l'année a été observé en Seine le 10 avril. Il a franchi la passe à poissons située en sortie d'estuaire, à environ 160 km de la mer, en rive droite du barrage de Poses (dpt.27) ! Il mesure 77 cm.

Ce saumon de printemps revient d'un séjour en mer à la recherche d'une zone de reproduction, qu'il aura du mal à trouver en Seine car les sites les plus propices sont pour l'instant inaccessibles compte-tenu de nombreux obstacles à la migration présents. Nous pourrons peut être le voir à nouveau si il s'engage sur l'Oise puis sur l'Aisne au niveau de la seconde station de comptage à Choisy-au-Bac, 230 km plus amont.

Migrations 2020 : Les premières aloses en Seine.

Les premières aloses de l'année sont arrivées en Seine à partir du 21 mars, soit 6 jours plus tôt qu'en 2019. Au 14 avril, elles sont déjà 846 à avoir franchi la passe à poissons situées en rive droite du barrage de Poses en sortie d'estuaire de la Seine (résultats non exhaustifs, car les individus peuvent emprunter l'autre passe située en rive gauche ou bien passer par les écluses de navigation). 

Avec un départ plus précoce, les chiffres sont pour l'instant légèrement supérieurs à ceux de 2019, meilleure année depuis le début des comptages avec plus de 3600 individus. La majorité des passages d'aloses sur ce site se déroulent sur les mois d'avril, mai et juin, avec des passages diurnes.