Station de contrôle des migrations d’Eu

Remontées annuelles

  • Population de Saumon
  • Population de truite de mer
  • Population d'anguilles
  • Population de lamproies marines
  • Population de lamproies fluviatiles

  Relevé du 31 déc. 2019  

Situation géographique

Les stations d’Eu et de Beauchamps sont successivement situées sur la Bresle, rivière index du bassin Seine-Normandie. Distantes de moins de 13 kilomètres l’une de l’autre, la première se situe à seulement 4,2 kilomètres de la limite transversale de la mer,  tandis que  la seconde se trouve 17 kilomètres plus en amont. La station d’Eu contrôle la migration des salmonidés, truite de mer et saumon atlantique (géniteurs montants et recapture de smolts dévalants), ainsi que la migration de colonisation des jeunes anguilles jaunes en montaison. Le piège de la station de Beauchamps a lui pour vocation d’estimer la fraction dévalante ; échappements d’anguilles jaunes ou argentées, de smolts et d’adultes post-fraie.

L’Observatoire Long Terme de la Bresle (OLTB) se dirige désormais doucement vers la quarantaine d’années de piégeage pour ce qui concerne les salmonidés migrateurs en montaison. Les chiffres sont moindres, mais restent impressionnants sur les autres fractions ou espèces contrôlées. Cet historique confère à la Bresle une place toute particulière en France et en Europe, puisqu’elle est désormais rivière Index pour le saumon atlantique, l’anguille européenne, mais aussi la truite de mer, avec la création récente d’un groupe spécifique « truite » par le Conseil International pour l’Exploration de la Mer (CIEM). Malgré ce long passif, nous avons avec nos partenaires des projets plein la tête : rénovation des installations de piégeage d’Eu et de Beauchamps, ainsi que de nos bureaux sur le site d’Eu,  développement d’un suivi spécifique par piégeage sur la lamproie fluviatile, pérennisation d’un réseau de pêches électrique sur la Bresle. De quoi donc augurer d’un bel avenir pour l’Observatoire ! - Quentin Josset - Responsable de l'OLTB

Les chiffres du piégeage

De par la nature des pièges installés, les migrateurs identifiés au niveau de la station de contrôle d’Eu sont l’anguille et les salmonidés (truites de mer et saumons). En moyenne, ce sont plus de 6000 jeunes anguilles qui se présentent annuellement au pied du premier dispositif. Concernant les salmonidés, comme sur le reste des rivières calcaires, la truite de mer prédomine avec en moyenne près de 1700 individus dénombrés chaque année, pour environ 150 saumons (les chiffres affichés pour 2019 sont partiels pour les deux espèces). A priori pour des raisons thermiques les lamproies marines sont peu présentes et les aloses sont absentes des populations amphihalines en place, tandis que les lamproies fluviatiles passent au travers du dispositif de piégeage, bien que quelques-unes soient détectées alors qu'elles sont fixées sur des poissons parasités qui remontent.

Zoom sur l’anguille

Au début du suivi, au milieu des années 90, les effectifs annuels d’anguilles dépassaient les 20 000 individus (27 500 en 1994), par la suite, la population a subi une régression importante, les bons chiffres de 2003 et 2004 ne traduisant qu’une amélioration des conditions de franchissement de la rampe. Aujourd’hui la tendance générale semble se porter sur une stabilisation à des niveaux d’effectifs faibles, insuffisants pour assurer le renouvellement de la population, dont la fraction dévalante est essentiellement composée de gros individus.