Etude SAMARCH

Etude SAMARCH

SAlmonid MAnagement Round the Channel.

Gestion des Salmonidés autour du canal de la Manche.

Résumé du projet

Les populations de saumon et de truite de mer (salmonidés), d'une grande importance économique et écologique, ont diminué de 70 % ces 40 dernières années (Cefas 2014). Elles utilisent les zones côtières et de transition (ZCT) comme élément clé de leur cycle de vie et sont citées parmi les critères utilisés par l’UE dans la désignation des Zones spéciales de conservation et les Directives Cadres sur l’eau et la stratégie pour le milieu marin afin d'améliorer le bon état écologique (BEE) et atteindre les objectifs 2020 de l'UE.

Pour enrayer ce déclin, SAMARCH utilisera une technologie novatrice de suivi des poissons pour fournir de nouvelles informations sur  la survie et les déplacements des salmonidés dans les ZCT, afin de comprendre les causes de mortalité et de pouvoir protéger les stocks à des périodes clés. Ce projet emploiera des techniques récentes d’analyse génétique pour identifier la rivière d’origine des truites pêchées en mer et créer une carte des zones maritimes importantes pour la truite de mer pour améliorer la réglementation et redéfinir des limites de pêche au filet. Les informations produites serviront aux autorités à combler les connaissances pour la conservation du saumon et la fixation des quotas. Nous modéliserons  les taux de survie des saumons, leur croissance et les variables environnementales pour améliorer la protection des stocks contre le changement climatique.

Jusqu’à présent la gestion de ces stocks s’est concentrée sur l’eau douce. Toutefois, les autorités de l’espace FMA et du Conseil International pour l'Exploration de la Mer  ont identifié des problèmes et des lacunes dans les connaissances des ZCT, par ex. la surpêche, les développements des ZCT, les enjeux environnementaux, l’aménagement du territoire, ainsi que les lieux et causes de mortalité des saumons en estuaire et en mer. Ceci limite la gestion efficace des ECT (ICES WGNAS 2015 et WKTRUTTA 2013).

Pour changer les choses, SAMARCH rassemble 9 organismes de réglementation, de recherche, de conservation et de pêche ainsi qu’un groupe de parties prenantes. Le partenariat comprend l'Environmental Agency et l'Office Français de la Biodiversité, responsables de la gestion des salmonidés. Tous deux ont participé au développement du projet garantissant que les informations dont ils ont besoin pour répondre aux problèmes de gestion sont utiles à la FMA. SAMARCH fournira de nouvelles informations pour amender la réglementation sur la pêche au filet et aux lignes, les autorisations pour le développement des ZCT et améliorera l'efficacité et la précision des outils de conservation (ex. quotas de pêche).

 

Dans le cadre de ce projet, l'association participe à la collecte d'échantillons génétiques sur une majorité de ses stations de pêches électriques.

 

Plus d'informations sur le site du projet : https://samarch.org/fr/

 

Vous pouvez accéder aux dernières évolutions du projet en consultant les bulletins d'informations : 

-Bulletin d'informations SAMARCH N°1

Détails du projet

Le projet de recherche SAMARCH (SAlmonid MAnagement Round the Channel – Gestion des salmonidés dans la Manche) est financé par le programme européen Interreg « France (Manche) Angleterre1 » pour une période de 5 ans sur 2017-2022.

Ce projet s’inscrit dans le contexte de baisse d’abondance de saumons Atlantique et de truites de mer (salmonidés), dont les populations ont diminué de d’environ 70 % depuis les années 1970. Ces espèces jouent un rôle majeur dans les écosystèmes côtiers et dans les rivières. Leur importance économique est non négligeable, notamment grâce à la pêche à la ligne en Europe, dont la valeur est estimée à 1,2 milliard d’euros par an.

Le projet SAMARCH vise à mieux comprendre les causes du déclin des populations de salmonidés et à transférer les nouvelles connaissances pour mieux gérer les populations de salmonidés. SAMARCH est un projet transfrontalier, comprenant 10 organismes partenaires, 5 en France et 5 au Royaume-Uni. Il est dirigé le Game & Wildlife Conservation Trust (GWCT). Ce projet étudiera ces poissons sur cinq rivières du sud de l’Angleterre et du nord de la France ; il s’appuiera sur l’expertise des équipes de recherche spécialisées sur les poissons et les installations du Freshwater Biological Association’s River Laboratory sur la Frome, de l’Environment Agency sur le Tamar, de l’Institut National de Recherche Agronomique et de l’Agence Française pour la Biodiversité sur le Scorff et l’Oir et la Bresle. Les Universités de Bournemouth, d’Exeter et l’Agrocampus Ouest, le Salmon & Trout Conservation UK, Normandie Grands Migrateurs et Bretagne Grands Migrateurs figurent parmi les autres partenaires. SAMARCH dispose d’un budget total de 7,8 millions d’euros dont 69 % sont financés par le programme Interreg France (Manche) Angleterre, ce qui représente une contribution du Fonds européen de développement régional de 5,4 millions d’euros.

De multiples actions et un objectif, faire bouger la réglementation

En s’appuyant sur un consortium de 10 partenaires impliqués dans la recherche scientifique et la gestion, SAMARCH vise à produire de nouvelles connaissances sur la biologie et l’écologie des salmonidés et à transférer ces nouvelles connaissances pour faire évoluer les réglementations, en France comme en Angleterre, pour la gestion des salmonidés dans les estuaires et les eaux côtières. L’objectif final est de contribuer à l’augmentation des populations de saumons et truites de mer. Dans ce but, les actions de recherche se concentreront sur l’étude du comportement des populations de salmonidés dans les estuaires et les eaux côtières pour identifier les principales sources de mortalités :

– Analyser l’ADN pour cartographier les habitats essentiels de truites de mers en Manche ;

– Fournir de nouvelles informations sur les changements à long terme dans les taux de croissance des saumons à partir de l’analyse des collections historiques d’écailles ;

– Améliorer la compréhension de la différence dans le cycle de vie des saumons mâles et femelles, indispensable pour mieux gérer les populations.

Dylan Roberts, directeur du pôle halieutique au GWCT et responsable de projet, a déclaré : « Jusqu’à très récemment, la gestion s’est largement concentrée sur le traitement des problèmes en eau douce, nous savons cependant que plus de 90 % des smolts [juvénile de salmonidés regagnant la mer]  qui quittent nos rivières pour rejoindre leurs zones d’alimentation dans le nord de l’Atlantique meurent en mer. La recherche sur les saumons en mer s’est toujours avérée difficile techniquement, mais de récents développements dans la technologie de suivi des poissons, les méthodes génétiques et les avancées dans les techniques d’analyse des données nous permettent à présent de quantifier la proportion de cette mortalité dans l’estuaire et les zones côtières et leurs déplacements dans ces zones. SAMARCH affinera aussi les outils utilisés pour la gestion des stocks de salmonidés et adaptera nos stratégies de gestion en conséquence. Compte tenu de l’émergence  récente des projets côtiers d’énergies renouvelables, comme les lagons artificiels, les hydroliennes et leurs dangers potentiels pour les populations de poissons, les connaissances acquises avec SAMARCH aideront à fournir des informations pertinentes pour gérer ces risques. Nous sommes enchantés que le programme Interreg ait décidé de soutenir SAMARCH et nous avons hâte de travailler avec nos partenaires au cours des cinq prochaines années. »

Pour en savoir plus : Site Web du programme SAMARCH